Tu veux créer ta micro-crèche ! Quelle bonne nouvelle. Tu es sur un petit nuage jusqu’à ce que tu découvres que tu vas devoir présenter ton projet à tout un tas d’individus qui n’y connaissent probablement rien à la micro-crèche comme : la banque et les commissions pour obtenir des prêts.

Et tout à coup c’est le stress ultime. Je comprends ! Mais pas de panique, si tu es bien préparée tout se passera au mieux. 

Je pense que tu paniques parce que tu imagines cet entretien comme un oral de bac sauf que la subtilité est là, ce ne sont pas des profs qui te notent en ce jour de présentation mais de futurs partenaires que tu tentent de convaincre. En allant vers eux tu es la porteuse de projet, tu as donc des cartes à jouer et tu peux à ce titre toi aussi poser des questions et les mettre en concurrence. 

Tu n’es donc pas notée ainsi tu peux dédramatiser et penser cette présentation comme le moment idéal de te mettre dans la peau de la future cheffe d’entreprise que tu vas devenir. 

On se lance ? 

Quelques conseils de préparation

Personnellement je te recommande de miser au maximum sur la préparation. Cela t’évitera pas mal d’angoisses. 

Avant toute chose n’oublies pas qu’il n’y a pas vraiment la place à l’improvisation quand tu présentes ton projet. Ton message doit donc être clair, préparé, adapté et exposé dans un temps précis. Tu peux donc bien sûr mettre toutes les chances de ton côté en te préparant des supports comme : 

  • des diapositives.
  • des petites fiches récapitulatives avec les grandes lignes.
  • une fiche avec les mots-clés que tu dois absolument dire. 

Avant toute chose, je te conseille déjà de te familiariser avec les termes un peu techniques de la micro-crèche ainsi que les termes techniques propres à la création d’entreprise. Je te recommande donc de les noter, de savoir les définir et de pouvoir les expliquer à ton tour : 

Bien entendu, tout ce vocabulaire peut être adapté en fonction de la personne que tu auras face à toi, mais mieux vaut te préparer à toutes les éventualités en en sachant plus que pas assez. 

Autre conseil qui peut paraître un peu bateau mais qui peut faire toute la différence, je te recommande d’apprendre par coeur ta phrase introductive. Pourquoi ? Parce que c’est la phrase d’accroche, la première. Celle qui fera que l’on t’écoutera avec plus ou moins d’attention. Bien sûr, une nouvelle fois, tu peux adapter cette phrase d’accroche en fonction de ton interlocuteur puisqu’en toute logique ce ne sera pas pareil entre la PMI et la banque mais la savoir par cœur pourra te rassurer et surtout te donner de l’assurance. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les tarifs en micro-crèche

Je t’invite chaudement à t’entrainer à l’oral, à te chronométrer et à parler doucement. Globalement un pitch ne doit pas durer plus de 2-3 minutes. C’est le temps moyen durant lequel une personne peut être attentive, à toi de la convaincre en se laps de temps limité. D’autant que la plus grande partie du rendez-vous sera les questions que l’on te posera, si tu amènes les informations nécessaires en trois minutes, les questions qui te seront posées pourront facilement être orientées. Essaie donc de ne pas parler trop vite et d’être suffisamment clair.


C’est d’ailleurs mon prochain point. Il faut éviter, selon moi, de se perdre dans un amas de détails. Mieux vaut se concentrer sur des phrases courtes, précises, claires et concises. Cela aura plus d’impact qu’un flot d’informations mal maîtrisées. 

Recommence inlassablement ta présentation, tant que tu le peux à la maison. Demande à des proches de t’écouter, demande leur ce qu’ils pensent de ton discours, de ta location, de ta posture, du rythme. Au plus tu auras de personnes qui t’écoutent, au plus tu auras de conseils peuvent en quelque sorte te permettre d’optimiser ta présentation le jour J.

Quelques conseils pour le jour J

Maintenant que tu as pu te préparer au mieux, je vais te donner quelques conseils pour que tu puisses donner le meilleur de toi-même le jour J. 

Avant toute chose saches que ton attitude et ta personnalité vont faire la différence. Je t’invite donc à rester toi-même mais aussi à être dynamique, souriante et enthousiaste. Les éventuelles questions qui peuvent te déstabiliser, essaye d’en faire des points d’échange pour pouvoir rebondir sur des points que tu connais mieux et davantage par exemple. 

Ce qui m’amène à mon prochain point. Tu dois tenter d’anticiper les questions de ton interlocuteur pour y répondre efficacement. Si tu connais par avance les points faibles de ton projet tu pourras rebondir plus facilement et le défendre de manière claire et efficace. Bien sûr, tu ne pourras pas tout anticiper et c’est parfaitement normal, le but de cet entretien est aussi de vous déstabiliser. À toi de te challenger, de te remettre en selle et de ne pas laisser transparaître que ça aurait pu te toucher. L’objectif n’est pas de tout savoir bien au contraire, par le bien de cet entretien l’objectif sera d’être à l’écoute et de tenter d’améliorer les points soulignés par ton interlocuteur tout en ayant conscience que tu ne peux pas avoir un projet parfait. Il y aura des failles et c’est normal parce que n’oublies pas que tu te lances dans un projet et non pas dans la concrétisation d’un parcours réussi et adoubé. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les grandes étapes de la création d'une micro-crèche ... en image

Afin de gagner en confiance lors de ton élocution, je t’invite à opter pour une bosse posture physique, cela te permettra également de faire une bonne impression et de donner du sens et une vision précise à ton projet.

Quelques conseils pour dédramatiser la situation

Le jour J, arrive et tu paniques. Pas de problème, c’est normal. Toutefois malgré ce dernier point il est important que tu puisses avoir des outils à disposition pour gérer ton trac. 

Pour rappel, le trac résulte d’un sentiment d’insécurité. Pour éviter qu’il ne se manifeste de manière trop importante lors de ta présentation je te renvoie vers le premier point à savoir : prépare-toi correctement. 

  • La respiration abdominale.
  • Faire quelques séances avec une sophrologue.
  • Vide-toi la tête quelques jours avant et prends du bon temps. Tu es prête ! 
  • Le jour J, pense à respirer lentement.
  • Surtout, ne t’excuse pas à tout bout de champ. 
  • Souris, souris et souris. Au plus tu vas sourire, au plus tu vas te détendre. 
  • Si tu ne te sens pas capable de regarder ton interlocuteur dans les yeux au début, vise son front, ce sera peut-être un peu moins angoissant et ça te permettra de réciter ta petite phrase apprise par cœur sans crainte. 
  • Affirme-toi en future cheffe d’entreprise, tu sais ce que tu fais et tu sais où tu vas. 
  • Reste toi-même, fais toi confiance et aies confiance en ton projet. 

Une nouvelle fois, avoir le trac c’est parfaitement sain, c’est en quelque sorte ce qui va te permettre de te dépasser. Ne perds pas de vue tes objectifs, sois convaincante et tout se passera bien 😉 ! 

Et si vraiment tu paniques…

Si malgré tous mes conseils tu ne t’en sens pas capable peut-être que tu as besoin d’un véritable accompagnement. D’un suivi, de retours d’expérience d’une personne qui a déjà vécu cette situation et qui pourra t’apporter son expertise et ses bons conseils. 

Saches que de mon côté je propose des séances d’accompagnement.* Tu peux donc parfaitement me contacter si tu souhaites que je t’aide à prendre le plein pouvoir sur ton trac et sur ta confiance en toi afin d’être au top lors de la présentation de ton projet.

* Tarif indicatif :  150€ de l’heure.

J’espère sincèrement que cet article aura pu t’apporter des outils pour que tu performes en ce grand jour de pitch. Si tu as des questions, je t’invite à m’en faire part en commentaire, je prendrai le temps de te répondre.