Les aides financières existantes pour créer une micro-crèche ne sont pas exactement les mêmes d’un statut à un autre. Dans cet article je vais donc te présenter les diverses options disponibles sur le marché afin que tu puisses t’y retrouver en fonction de ton projet. 

Les aides financières pour une micro-crèche associative

Si la micro-crèche est associative ou publique elle peut être subventionnée par la CAF, par le département mais également par la région. Il existe donc plusieurs financements possibles que voici :

  • La PSU (prestation de service unique) : il s’agit d’une aide au fonctionnement qui est versée par la CAF pour tout accueil d’enfants de moins de six ans. Le montant versé est variable selon le revenu des familles.

  • Le CEJ (contrat enfance et jeunesse) : il s’agit d’un contrat d’objectif et de cofinancement qui est passé entre la collectivité et la CAF.

  • Le fonds de rééquilibrage territorial : il s’agit d’une aide pour les micro-crèches qui s’implantent dans des lieux considérés comme prioritaires pour la CAF. À savoir que son montant varie de 300 à 1400€ par places de crèche et par année.

  • Le FSE (fond social européen) : il s’agit d’un financement de projet qui se joue au niveau local, régional ou national. Il se donne prioritairement aux personnes en réinsertion (demandeurs d’emploi, inactifs) mais également aux jeunes et étudiants.

  • Fonds personnels

À savoir que le trois-quart de ces subventions sont versées pendant les trois premières années d’ouverture de la micro-crèche. 

Les aides financières pour une micro-crèche privée

Si la micro-crèche est privée, elle peut également être subventionnée mais totalement différemment :

  • L’ARCE (aide à la reprise ou à la création d’entreprise) : il s’agit d’une aide versée par Pôle emploi. Elle permet de recevoir un premier montant de la moitié de l’aide à la création du dossier et l’autre moitié, six mois plus tard.

  • L’ARE (aide au retour à l’emploi) : il s’agit d’une aide versée par Pôle emploi, sous certaines conditions, à des demandeurs d’emploi. 

  • L’ACRE (aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise) : il s’agit d’une exonération partielle ou totale de certaines charges sociales, octroyée la première année d’activité (sous certaines conditions).

  • Le NACRE (nouvel accompagnement pour la création et la reprise d’entreprise) : il s’agit d’une aide qui accompagne les jeunes de moins de 30 ans et les demandeurs d’emploi pour créer ou reprendre une entreprise et décerner un taux 0. Elle est disponible en fonction des régions, il suffit donc de se rapprocher de son conseil régional pour trouver l’organisme qui pourra proposer un contrat d’accompagnement (bien souvent en passant par le réseau Initiative France)

  • Le PCE (prêt à la création d’entreprise) : il s’agit d’une aide qui permet de financer une première installation sans aucune caution personnelle, ni garantie dans n’importe quel domaine d’activité. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  6 raisons qui n'empêchent de démarrer ton projet de micro-crèche

  • Fonds personnel.

Il existe encore d’autres aides financières pour créer ta micro-crèche mais celle-ci sont plus spécifiques en fonction de ton statut, ta localisation… Je pense notamment à 

la MSA (mutualité sociale agricole) qui accompagne la création de structures d’accueil des jeunes enfants en zone rurale ou encore le programme Wom’energy du réseau Entreprendre.

Bref, finalement des solutions de financement pour la création d’une micro-crèche il y en a plutôt pas mal, à toi désormais de choisir le statut de ta micro-crèche et de cibler le ou les financements correspondants en fonction des aides financières existantes. Bien entendu, avant même de parler de financement, il vaut mieux avoir créer un business plan béton, pour cela tu peux toujours te faire accompagner si tu en ressens le besoin. 

En tout cas si tu as des questions, n’hésite surtout pas à me laisser un petit commentaire ci-dessous, je serais ravie de pouvoir échanger avec toi.