« Un entrepreneur est quelqu’un qui se jette d’une falaise et construit un avion sur le chemin de la descente. » 

Reid Hoffman (LinkedIn)

Autrement dit, il faut quand même un sacré courage pour se lancer dans la création d’entreprise. Mais en te confrontant à une multitude d’expériences nouvelles, tu vas comprendre les automatismes de la gestion d’entreprise. Mais bon, tout ça, je suis sûre que tu le sais déjà.

Le truc quand tu te lances dans ce projet, c’est que souvent, tu oublis le “après”. Surtout, ne perd pas de vue que, une fois que ton business plan est prêt, il faut faire vivre cette société. Voici mes 3 conseils pour une micro-crèche rentable et pérenne.

1. Le taux d’occupation : la base pour la rentabilité

 Au début, tu vas remplir ta micro-crèche principalement grâce aux familles qui vont te réserver une place pour leur enfant (tu peux aussi faire réserver des berceaux par les entreprises).

 C’est possible que tu penses que pour remplir ton établissement, tu dois accepter uniquement de gros contrats (4 ou 5 jours par semaine, pas moins). Pourtant, ce n’est pas la méthode la plus rentable.

Laisse moi t’expliquer.

En général, tes tarifs seront dégressifs en fonction du nombre de jours d’accueil. Par exemple, un forfait 5 jours qui coûte 1500 € à la famille et un forfait 3 jours qui coûte 1000 €. Donc pour remplir ta crèche à 100 %, il te faudra 10 contrats de 5 jours d’accueil, soit 1500 x 10 = 15 000 € de chiffre d’affaires sur le mois. Si on part sur des forfaits 3 jours, il te faudra 17 familles soit un CA de 17 x 1000 = 17 000 €, donc 2000 € de plus !

 Le but sera donc de jongler avec les différents type de contrats. 

Tu verras, au début tu acceptes toutes les demandes des familles car tu as peur de ne pas remplir ta structure. Et tu verras par la suite que tu vas affiner ton remplissage afin qu’il soit plus optimal.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  📌 TOP 20 de la sécurité en micro-crèche 📌

Et donc plus rentable.

2. La masse salariale : jongler entre qualité et optimisation

 Comme j’en parle dans ma formation Objectif Business Plan, la masse salariale représente la catégorie la plus importante des charges sur ton business plan. 

 Il va donc falloir recruter, mais avec parcimonie. Car chaque heure de travail de ton personnel va impacter considérablement ton bilan à la fin de l’année.

 Par contre, n’oublie pas la réglementation : 2 personnes au minimum (une personne si moins de 4 enfants) sur le terrain auprès des enfants. 

Pense également que ton personnel est “multitâches” :

  •  sur le terrain auprès des enfants
  • en cuisine
  • au nettoyage de la micro-crèche
  • au pliage du linge …
  • à la préparation des dortoirs

Par exemple, si tu prends 2 personnes sur toute la journée, tu peux penser faire de sacrées économies en terme de masse salariale …

Après, réfléchie :

  • comment va se passer le temps de pause ?
  • comment être 2 auprès des enfants si une personne doit être en cuisine préparer les repas ?
  • comment travailler de manière qualitative si une personne est en train d’endormir un bébé dans le dortoir et l’autre est en train de changer un enfant ? Qui veille sur les autres ?
  • si une salariée est absente du jour au lendemain, comment gères-tu ?

C’est pour ça que lorsque l’on parle accueil d’enfants, on ne peut pas faire l’impasse sur la qualité. Et la qualité passe surtout par la disponibilité du personnel auprès des enfants. 

Pour résumer, je te conseille d’être raisonnable :

  • ne prends pas le minimum du minimum de personnel : tu vas te retrouver avec des salariées fatiguées avant même de commencer. De plus, en cas d’absences de personnel, tu risques de te retrouver dans l’illégalité avec la PMI
  • ne sur-staffe pas ta structure, tu risques de ne pas être rentable. En plus, cela est inutile.

Pour ma part, pour l’ouverture de ma première micro-crèche, nous étions 4 :

  • une cap petite enfance à 35h
  • une auxiliaire de puériculture à 35h
  • moi-même, cap petite enfance à 35h
  • ma référente technique à 30h (dont 10h en administratif)
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les documents de fonctionnement d'une micro-crèche

J’étais donc au delà de la moyenne ; cela me permettait de me dégager du temps pour recevoir les familles, mais aussi pour que l’équipe puisse préparer des activités en amont.

De plus, le fait d’être au dessus de la réglementation légale est un gage de qualité, il est judicieux que cela soit mis en avant auprès des familles.

Elle est prête à te confier sa fille avec plaisir 😊

3. Suivre son business plan après l’ouverture

Tu vas passer un temps considérable dans l’élaboration de ton business plan. Et même si tu te fais accompagner dans cet étape, tu vas te rendre compte que le business plan est un formidable outil

Au début, il va te permettre de savoir si ton projet est rentable . Tu vas aussi le présenter à ton banquier pour la demande de prêt.

Et une fois ton projet aboutit, tu vas pouvoir comparer le prévisionnel au réel. 

De mon côté, tous les semestres, je prenais à nouveau mon business plan pour savoir si j’étais toujours dans mes objectifs.

4. Penses à la suivante 😛

Et oui, en multipliant les structures, tu vas pouvoir optimiser certaines dépenses.

Et notamment, le salaire de ta référente technique, qui va être divisé entre la première et la seconde micro-crèche.

Même chose pour ton salaire.

Le fait d’avoir une seconde structure va aussi te permettre de négocier les contrats auprès des différents partenaires (repas, extincteurs …). 

Et puis, étant donné que tu seras déjà connu par la première (et en général le bouche à oreille marche rapidement quand il s’agit d’accueil de bébés), la seconde micro-crèche devrait se remplir plus vite !

 Ces conseils t’inspirent ? Partage-moi tes commentaires !

Partager l’article :