Les relations avec les autres micro-crèches 

par | Déc 17, 2023 | Je réfléchie à ma micro-crèche | 0 commentaires

Quand on décide d’ouvrir une micro-crèche dans une commune où il y a d’autres structures ou qu’à l’inverse on soit la première structure à avoir ouvert dans la commune et qu’une nouvelle débarque, on peut vite se sentir dépasser. Quelle attitude adoptée ? Doit-on se réjouir ou au contraire se morfondre ? Quelle relation faut-il créer avec les autres micro-crèches ? C’est justement tout le propos de l’article d’aujourd’hui et, j’espère qu’il pourra t’être utile pour avoir un regard neuf sur ta situation 👀

Plusieurs micro-crèche pour une même commune


Sur le papier ça sent la concurrence à plein nez. En effet, on peut tout à fait voir ça d’un mauvais œil, imaginer que cela va être une concurrence déloyale et que chaque nouvelle structure va voler les familles des précédentes implantées. C’est une vision. 

Pour ma part je préfère voir le verre à moitié plein et me dire que c’est l’occasion de tisser une nouvelle relation de confiance avec un nouveau partenaire. Si une nouvelle structure ouvre ses portes dans une même commune c’est qu’il y a un besoin et que ce besoin ne peut pas être solutionné par une seule structure de garde d’enfant.

Je sais tout à fait ce que ça fait, dès qu’une nouvelle structure arrive on a peur de tout perdre et d’être mis en concurrence sur les prestations, toutefois, avec le recul j’ai pu comprendre que c’était plutôt une bonne chose puisque ça permet de se sentir un peu moins seule.  Eh oui, finalement qui est mieux placée qu’une gestionnaire pour comprendre les problèmes d’une gestionnaire ? Qui plus est, une gestionnaire qui se situe dans la même commune et qui, de fait, peut comprendre les problèmes économiques et sociaux de cette dernière. C’est un réel plus. 

Devenir des partenaires plutôt que des concurrentes

Ce que je te recommande c’est de tirer de cette implantation tout le bénéfice que cela peut t’apporter. De ce fait, je t’invite chaudement à tisser une relation de partenariat avec cette structure. Cela pourra te permettre de te faire renvoyer des familles si l’autre structure partenaire est pleine et vice versa mais cela peut aussi être intéressant pour faire des activités entre structures et réduire de fait considérablement les frais. Je pense aux formations mais aussi peut-être aux sorties hors les murs et aux intervenants

De mon côté, je collabore depuis plusieurs années auprès de l’association RÉMI, qui regroupe plus de 300 gestionnaires de micro-crèche en France. Tout est structuré par région et ça apporte vraiment un souffle nouveau, du soutien, de l’aide aux gestionnaires, notamment à celles qui se lancent. On se donne des idées, s’écoute, se refile les bons tuyaux, bref selon moi, l’entraide est la clé dans ce genre de profession où l’on peut vite souffrir d’une trop grande solitude

Après c’est à toi de voir comment tu te situes par rapport aux autres micro-crèches et comment tu souhaites appréhender la situation. Si tu es la pionnière, je pense que ça reste quand même bien de refaire une analyse de marché pour voir où tu te situes vis-à-vis des nouvelles venues. Peut-être que tu vas pouvoir te réévaluer, te situer dans une gamme d’accueil plus qualitative ou que tu vas aussi pouvoir te réinventer mais une chose est sûre, ça ne fait jamais de mal de faire une petite introspection sur son travail et soi-même.  

Et toi alors, entretiens-tu de bonnes relations avec les crèches des alentours ? Raconte moi ça en commentaire, je m’impatiente de te lire 🙂 👇

Cet article pourrait te plaire :   Les repas en micro crèche : je réponds à vos questions !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoins le prochain atelier gratuit !

Le lundi 26 février de 12h15 à 13h15 : On décortique ensemble le référentiel bâtimentaire

Ton inscription est bien prise en compte ! Tu as dû recevoir un email pour confirmation